Environnement

Ces lingettes utilisées pour désinfecter surfaces et objets sont fréquemment jetées dans les toilettes et en cette période de "chasse au virus", cette recrudescence s'explique facilement.

Pas biodégradables !

Contrairement aux idées reçues et indications sur leurs étiquettes, dans plus de 90% des cas les lingettes ne sont pas "biodégradables" et ne doivent en aucun cas être jetées dans les toilettes :

  • elles bouchent fréquemment les canalisations,
  • elles se coincent dans les pompes,
  • elles provoquent des pannes et sont un fléau pour les stations d’épuration, avec un effet direct sur la facture d’eau et l’environnement,
  • elles se retrouvent aussi parfois dans les rivières.

La solution ?

Pour votre santé, l’environnement, les stations d'épuration et leurs exploitants, les canalisations et les systèmes de pompage, le message est simple : les lingettes sont à mettre à la poubelle et à évacuer avec les ordures ménagères.

Les mouchoirs, les gants et les masques ne doivent pas être mis dans le bac jaune mais dans les ordures ménagères.

Les personnes contaminées par le virus doivent cesser la collecte sélective (emballages, papiers…) et mettre TOUS leurs déchets dans les ordures ménagères, emballés en doublant le sac poubelle afin d'éviter la contamination des agents de tri et de collecte des ordures ménagères.

Le SICTOBA annonce la modification des horaires de la plateforme de déchets verts de Vallon-Pont-d'Arc à compter du 1er novembre prochain :

  • lundi, mercredi, vendredi de 8 h 30 à 12 h 30,
  • samedi de 13 h 30 à 17 h 00,
  • fermée les jours feriés.

Un épisode de pollution atmosphérique est en cours sur l’ensemble du département de l’Ardèche.

En raison de teneurs en Ozone très élevées, le préfet de l’Ardèche a pris un arrêté qui place les 2 bassins Ouest Ardèche et Vallée du Rhône en vigilance orange.

Les principales recommandations et mesures réglementaires en vigueur jusqu’à la fin de l’épisode de pollution sont les suivantes :

1. Se protéger pour limiter l’exposition aux polluants.

Population en général :

  • Limitez vos activités physiques intenses en plein air
  • Demandez conseil si vous ressentez une gêne respiratoire ou cardiaque
  • Évitez de vous exposer aux produits nocifs
  • Continuez d’aérer votre domicile

Personnes sensibles et vulnérables :

  • Préférez sortir le matin avant 13 heures et le soir après 20 heures
  • Évitez les activités physiques intenses en plein air
  • Demandez conseil si vous ressentez une gêne respiratoire ou cardiaque
  • Évitez de vous exposer aux produits nocifs

2. Agir pour limiter les émissions

Secteur industriel – Toute activité

  • Sensibilisation du personnel et vigilance accrue des exploitants sur le fonctionnement des installations (paramètres de fonctionnement, stabilisation des charges, bon fonctionnement des systèmes de traitement…) et sur l’application des bonnes pratiques.
  • Interdiction des opérations émettrices de composés organiques volatils (COV) : travaux de maintenance, dégazage d’une installation, chargement ou déchargement de produits émettant des composés organiques volatils en l’absence de dispositif de récupération des vapeurs, etc.
  • Interdiction des opérations émettrices de particules ou d’oxydes d’azote (manipulation des déchets, broyage, transfert de matériaux…) en l’absence de dispositif de traitement adéquat.
  • Mise en fonctionnement des systèmes de dépollution renforcés, lorsqu’ils sont prévus, pendant la durée de l’épisode de pollution.
  • Utilisation du combustible le moins émissif pour les installations pouvant fonctionner avec plusieurs types de combustibles. 
  • Limitation de l’usage des engins de manutentions thermiques au profit des engins électriques
  • Réduction de l’utilisation de groupes électrogènes aux intérêts essentiels, notamment de sécurité.

Secteur industriel – Gros émetteurs ICPE

Mise en œuvre des prescriptions particulières prévues dans les autorisations d’exploitation des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) en cas d’alerte à la pollution de niveau 1.

Secteur de la construction (chantiers, BTP, carrières)

  • Réduction sur les chantiers des activités génératrices de poussières. Le maintien de l’activité est conditionné à la mise en place de mesures compensatoires efficaces (arrosage, etc.).
  • Limitation de l’usage des engins de manutention thermiques au profit des engins électriques pour les établissements équipés des deux types d’engins.
  • Réduction de l’utilisation de groupes électrogènes aux intérêts essentiels, notamment de sécurité.

Secteur agricole et espaces verts

  • Tout fertilisant organique épandu doit être enfoui en même temps que le chantier d’épandage. Tout chantier d’épandage ne pouvant satisfaire à cette condition doit
    être reporté à la fin de l’épisode. Dans les zones vulnérables définies au titre de l’article R. 211-77 du code de l’environnement, l’obligation d’enfouissement ne porte pas sur les îlots culturaux sur lesquels une culture intermédiaire piège à nitrates ou une culture dérobée est implantée.

Secteur résidentiel

  • Interdiction de la pratique du brûlage des déchets verts à l’air libre. Les éventuelles dérogations sont suspendues.
  • Interdiction de l’utilisation des barbecues à combustible solide.
  • Interdiction des travaux d’entretien ou de nettoyage avec des outils non électriques ou avec des produits à base de solvants organiques (white-spirit, peinture, vernis) dans les espaces verts, les jardins publics et les lieux privés.

Secteur du transport

  • Renforcement des contrôles de pollution des véhicules.
  • Abaissement des vitesses de 20 km/h, pour tous les véhicules à moteur, sur tous les axes routiers où la vitesse maximale autorisée est normalement supérieure ou égale à 90 km/h. A compter du 1er juillet 2018, les axes dont la vitesse autorisée est égale à 80 km/h, seront limités à 70 km/h (mesure applicable le 27 juillet 2018 à partir de 05h00).
  • Réduire les temps d’entraînement et d’essai des compétitions mécaniques (terre, eau, air) de 50 %.

Collectivités

  • Interdiction des feux d’artifice pendant la période de pollution.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter :

La Direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt (DRAAF) de la région Auvergne-Rhône-Alpes, gère le Bulletin de Santé du Végétal des Zones Non Agricoles (BSV ZNA) est porté par la Fédération Régionale Défense contre Organismes Nuisibles (FREDON) Auvergne dans le cadre du plan Ecophyto du Grenelle de l’Environnement. Il a pour but d’établir le niveau d’infestation des différents bio-agresseurs surveillés sur chacun des territoires de la région. L'ensemble des bulletins de santé qu'elle édite sont accessibles ici.

Si la santé des végétaux de votre commune vous intéresse, devenez observateur pour le BSV ZNA. Contactez Marie ARCHIMBAUD Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Informations supplémentaires