Découverte botanique dans la réserve naturelle nationale des gorges de l’Ardèche

Publication initiale le 10 juin 2013

par Frédérique Andrieu (CBNMED) et Olivier Peyronel (SGGA) 

Depuis 2011 le conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles a mené dans le cadre d’actions d’animation cofinancées par la DREAL-LR deux campagnes de prospection botanique dans les Gorges de l’Ardèche et plus précisément sur la partie gardoise de ce magnifique canyon. 

L’objectif est d’inventorier un maximum de milieux naturels possible, c’est pour cela qu’une première journée s’est déroulée en canoë au fil de l’eau et une seconde journée à pied entre falaise et forêt.  

Parmi les nombreuses espèces répertoriées certaines sont des espèces rares ou en limite d’aire de répartition. Deux espèces se sont révélées particulièrement intéressantes, le cerfeuil noueux et la pariétaire du Portugal. La première était non seulement méconnue de la réserve, mais n’avait également jamais été signalée dans le Gard.

Après la découverte de la seconde en 2011 dans la partie gardoise, les prospections réalisées par la suite dans le reste de la réserve ont permis de trouver la plante dans le département de l’Ardèche ou elle n’était pas connue !  

Une nouvelle espèce pour le Gard 

Le cerfeuil noueux, Chaerophyllum nodosum (L.) Crantz

C’est une espèce de la famille des Apiacées, annuelle, elle mesure entre 20 cm et 1 mètre, sa tige est creuse, striée, épaissie sous les nœuds et entièrement velue. Ses ombelles ont 2 à 3 rayons dressés et rude, les fruits sont oblongue-linéaires d’environ 1 cm de long à poils courbés vers le haut. Elle se retrouve sur des cailloutis ombragés, son aire de répartition en France est limitée aux montagnes du Midi ou elle reste rare. 

Une nouvelle espèce pour l’Ardèche 

La pariétaire du Portugal, Parietaria lusitanica L. 

C’est une petite plante très discrète de la famille des Urticacées, annuelle, elle mesure entre 5 et 20 cm, ses feuilles sont petites (6-10 mm de large) et ovales-arrondies. Les fleurs sont réunies en 3-5 glomérules très petites. Elle pousse principalement dans les baumes ombragés exposées au nord. On peut la confondre avec sa cousine la pariétaire de Judée qui elle est vivace, plus grande et se rencontre principalement sur les rochers ensoleillés. Son aire de répartition est cantonnée à la zone méditerranéenne.   

Crédit photos : O.Peyronel

Commentaires fermés.